Hôpital de Roubaix: Déficit sur fond de tension (politique?)

Cela fait plusieurs semaines que les syndicalistes de l’hôpital de Roubaix ont lancé une pétition pour « sauver l’hôpital ».

On voit les syndicalistes partout: sur les marchés de la métropole, dans nos rues, et bien sûr, dans tous les services hospitaliers.

Leur manifestation est louable et sans doute utile : la crainte qui les guide, en effet, est que le gouvernement prenne des mesures qui mèneraient l’Etablissement à la faillite. Ils s’inquiètent aussi des pertes d’emplois prévisibles et de la diminution de la qualité de soin qui pourraient en découler. Les syndicats CGT et SUD s’alarment et inquiètent la population depuis le 1er mai 2008. Les tracts et discours sont toujours les mêmes :

     « L’hôpital est en déficit, c’est de la faute du gouvernement » : il manquerait 6.5 millions d’euros selon les dernières informations. En un an on a vu passer, dans des tracts, des chiffres allant de moins 12 millions à 6.5 aujourd’hui. ,

Il serait judicieux et utile, pour une bonne information réelle, que les autorités (ARS, Direction de l’hôpital) communiquent les chiffres publiquement et de façon transparente : cela éviterait toute spéculation quant à l’état des finances de l’établissement.

     « le conseil d’administration a déjà validé la suppression de 190 emplois » s’exclament les syndicats. SUD va même jusqu’à avancer le chiffres de 230 postes supprimés.

Là encore il serait pertinent de dire les choses avec clarté, tant du côté des autorités de santé que des syndicats. Peut-on dire tout et n’importe quoi sans expliquer les raisons des décisions précises ? Il n’est pas normal, par exemple, d’annoncer des « suppressions d’emplois » quand il s’agit de ne pas renouveler tous les départs en retraite. Il ne s’agit pas de licencier le personnel, mais de réorganiser les moyens humains afin de répondre à l’exigence d’équilibrer les comptes de l’établissement, sans pour autant remettre en cause la qualité des soins, bien entendu.

Que proposent la CGT et SUD pour « renflouer les caisses » ? Qu’ils fassent des propositions qui soient réalistes et que la direction sache les apprécier à leur juste valeur. Prenons garde à ce que l’envie de sauver l’hôpital ne desserve pas les intérêts de celui-ci. Les grèves comme le découragement des salariés vont coûter au centre hospitalier. La négociation constructive : voilà peut-être ce qui manque à l’hôpital de Roubaix, comme dans bien d’autres structures hélas. Les syndicats doivent jouer leur rôle mais en tenant compte des spécificités de chaque « combat ». La direction, elle, dit anticiper les évènements et être bien plus transparente dans sa gestion et sa communication.

La CGT se targue d’avoir le soutien du Député Maire de Wattrelos dans un tract intitulé « La mobilisation ça paye ! ». « Mardi 20, le rassemblement de + de 500 agents et usagers à renforcer l’impact de la pétition […] La CGT a appelé un conseiller de Monsieur Dominique Baert, Député Maire de Wattrelos. Le lendemain, celui-ci a interpelé en séance publique de l’Assemblée Nationale, la Ministre de la Santé, Madame Roseline Bachelot, sur la situation des Hôpitaux et notamment sur le déficit et le plan de suppressions d’emplois de l’hôpital de Roubaix » Qu’a répondu Madame le Ministre ? Le tract ne le dit pas…

Un peu plus bas dans le tract la CGT exige :

« Exigeons des élus politiques, la même détermination à défendre l’hôpital que la population qui les a élus. Demandons aux Administrateurs représentants des usagers de montrer le même attachement à l’hôpital que les usagers qui soutiennent l’action du personnel. Demandons aux médecins qu’ils s’engagent auprès de leurs collègues des autres catégories pour défendre la qualité des soins et les conditions de travail. » Bon. Ce n’est pas très clair mais on comprend, quand même, où veut en venir le syndicat et on ne peut que partager la plupart de ses remarques en ce qui concerne les conditions de travail et la qualité des soins. S’il est vrai que dans certains services il manque cruellement de personnel, il ne faut pas pour autant se cacher la face, il en est aussi qui se reposent sur le travail effectué par les collègues. Oui des fonctionnaires fainéants cela existe ! Heureusement ces gens là sont très peu nombreux. Le problème c’est que lorsque l’on tombe sur l’un d’entre eux on s’en souvient et l’amalgame se crée. Résultat : les fonctionnaires sont tous des fainéants !  

Je propose simplement que les gens qui se reposent sur le dos des autres soient remis au travail. Les « chefs » doivent arrêter de faire comme si tout allait bien. Les forces de l’hôpital doivent être mieux utilisées. Il faudra bien envisager de déplacer le personnel, d’abord sur la base du volontariat et avec une formation adaptée, afin de soutenir les services en difficulté. Il n’est pas normal de restreindre le nombre d’agents de la fonction publique sans avoir au préalable procédé au rééquilibrage des moyens humains. Il ne faut pas non plus prendre les gens pour des pions et les déplacer au gré des humeurs du jour. Cette façon de faire est irrespectueuse et il faut que cela cesse. Il n’est pas logique non plus de faire se déplacer les agents d’un hôpital à un autre sans avoir fait appel aux volontaires et remercié ceux qui font l’effort de la mobilité par une revalorisation salariale. Disons le clairement, les agents de la fonction publique hospitalière sont souvent mal considérés et mal payés. De ce côté-là aussi les choses doivent évoluer…

Revenons en, si vous le voulez bien, à l’action de nos femmes et hommes politiques. Pensez-vous qu’ils n’ont pas la même volonté de voir les français bien soignés et mieux considérés ? Un Député de gauche vaut un autre de droite ou du centre. Dans l’affaire de l’hôpital de Roubaix les forces conjuguées de messieurs les Députés Maires des 7 ème et 8 ème circonscriptions ne pourront qu’être un avantage, un atout important. Alors pourquoi toujours laisser entendre que le Député Vercamer ne fait rien pour l’établissement Roubaisien ? N’a-t-il pas été le premier à rendre visite à Madame Bachelot et à obtenir des ressources supplémentaires pour l’hôpital ? Ne pas le voir ou ne pas en entendre parler suffit-il à dire que « Francis Vercamer ne fait rien ? ». Le service public hospitalier a besoin de Députés actifs. Je crois sincèrement que de ce côté-là nous n’avons pas à nous inquiéter. D’ailleurs, remarquez que les Députés ne se font pas concurrence. Ils font chacun ce qui leur semble juste pour la population et les salariés. Ils ne peuvent malgré tout pas faire fi des difficultés particulières. Par exemple n’est ce pas normal de tenter de faire des économies lorsque l’on est dans le rouge ? Préférerions nous que l’hôpital soit purement effacé de la « carte  hospitalière» parce que nous aurons refusé le seul moyen de le sauver ? Au lieu de se déchirer, prônons l’échange constructif et lucide entre les tutelles de santé, la direction et nos hommes politiques.

Publicités

À propos de Jean-François SOYEZ- Wattrelos2020

Citoyen engagé! Anciennement: Délégué Nouveau Centre de la 8ème #Circonscription du #Nord, membre du conseil fédéral du nord, membre du conseil national. Ancien membre de l'UMP et de LR mais toujours électron libre. Rejoignez-moi pour faire gagner vos propositions mais aussi à changer la ville de #Wattrelos, socialiste depuis trop longtemps. Modifions la politique de la ville grâce à un large rassemblement ouvert à toutes les bonnes volontés au-delà des étiquettes! La société civile sera largement représentée. Les municipales de 2020 se préparent dès maintenant, contactez-moi vite. #Wattrelos #2020 #Wattrelos2020 @JFSoyez
%d blogueurs aiment cette page :