Communiqué de presse de Vincent Perrier-Trudov

La Madeleine, mardi 14 octobre 2008

 

Vincent PERRIER-TRUDOV salle du conseil municipal de La Madeleine

Vincent Perrier-Trudov, Délégué départemental Nouveau Centre du Nord et Conseiller municipal délégué aux NTIC et Affaires juridiques à La Madeleine, réagit aux passes d’armes entre majorité et opposition : 

 

« C’est ma première expérience d’élu, je n’ai donc pas de point de comparaison. Mais ce qui est certain, c’est que l’attitude de l’opposition – depuis le début du mandat – est exactement ce qui favorise le désintérêt de la population pour les affaires publiques : O. Delaval et son équipe font de la mousse sur des détails, et sont totalement absents sur les grands sujets.

 

 Lors du dernier conseil municipal, des centaines de milliers d’euros ont été réaffectés d’une délégation à une autre, pour financer de nouveaux projets, en accélérer d’autres. Quelle réaction de l’opposition ? Rien ! Juste un faible « nous ne sommes pas d’accord et nous ne voterons pas le budget ». Et pendant ce temps-là, ils montaient sur leurs grands chevaux pour des peccadilles.

Comment voulez-vous que les gens aient confiance dans leur personnel politique avec ce genre d’attitude ? Ils se targuent de représenter 40% de la population madeleinoise, ne perdent pas une occasion pour réclamer plus de moyens, mais pas un seul d’entre eux n’était présent à la commission des ressources municipales du 20 août ! Celle où justement se discutaient les importantes réaffectations de budget en prévision du conseil municipal de septembre.

On peut comprendre qu’en raison des obligations professionnelles des uns et des autres, tous les conseillers ne peuvent pas assister à toutes les réunions, mais quand on est une véritable équipe, et qu’on a un minimum de respect pour ses électeurs, on s’arrange pour qu’il y en ait au moins un qui soit « de permanence ».

Si je me suis engagé au Nouveau Centre, c’est par conviction européenne et humaniste. Mais si je me suis engagé en politique tout court, c’est parce que je ne pouvais plus rester spectateur de ce genre de comportements.

Jusqu’à présent, je m’en suis essentiellement tenu à des remarques qui concernaient ma délégation. Mais si l’opposition persiste à sortir de l’intérêt général de la municipalité, pour placer le débat sur un plan politique national – surtout avec ce genre de comportements – je ne vais pas continuer à rester silencieux. »

 

 

Publicités

À propos de Jean-François SOYEZ

La ville, notre pays, nos compatriotes méritent mieux que des belles et souvent mensongères paroles. L'heure est à la démocratie et au respect de toutes les règles permettant d'aller de l'avant plutôt que de pleurer le passé. Ensemble, regardons devant nous et avec honnêteté et modestie reconstruisons la nation en commençant par son socle: nos communes.
%d blogueurs aiment cette page :