Marc FLORIN démissionne du conseil municipal.

Marc Florin, UMP, élu conseiller municipal en mars 2008 n’aura jamais pris la parole au conseil où il n’est allé que deux fois: le jour de l’installation du conseil et le soir où le conseil municipal devait donner quitus au budget 2007. Le conseiller s’est abstenu. Depuis? Plus rien!

Marc Florin vient de faire annoncer sa démission « pour raison professionnelle » par sa désormais ex-collègue.

Je me satisfais de la démission de Marc FLORIN. Celui-ci n’était pas fait pour la politique Wattrelosienne… Wattrelos a besoin d’élus compétents, sérieux et assidus. Des élus qui écoutent les citoyens et qui sachent faire remonter les inquiétudes et besoins de la population. Nos élus ont également à se prononcer sur les dossiers et à exprimer leur avis sur ces derniers, ils ont aussi à se prononcer (pour, contre, abstention) les propositions faites. Ces qualités ne semblaient pas être celles du conseiller Florin.  On se souviendra de l’idée saugrenue, lors de la campagne municipale, de Marc Florin qui, pour résoudre le problème du logement, déclara: « Il faut rouvrir les maisons murées« . Ha si c’était si simple…

 

Espérons qu’avec l’arrivée du nouveau conseiller municipal, Monsieur Guillaume CASTRE (MoDem) les débats seront un peu plus animés et les dossiers mieux étudiés et débattus.

  

Sandrine Deblock en compagnie de Marc Florin

Photo: Sandrine Deblock en compagnie de Marc Florin

L’homme de Thierry Lazaro a fait un petit tour, a vu et est reparti. Monsieur Lazaro le soutenait… avec force.
Il déclarait vouloir « faire bouger la ville ». belle démonstration.
 L'UMP compte sur lui!
Un choix de tête de liste qui aura coûté cher à la majorité Présidentielle et à Monsieur BUYCK, Nouveau Centre, tête de liste UPW
Publicités

À propos de Jean-François SOYEZ

La ville, notre pays, nos compatriotes méritent mieux que des belles et souvent mensongères paroles. L'heure est à la démocratie et au respect de toutes les règles permettant d'aller de l'avant plutôt que de pleurer le passé. Ensemble, regardons devant nous et avec honnêteté et modestie reconstruisons la nation en commençant par son socle: nos communes.
%d blogueurs aiment cette page :