Hem: Hervé MORIN visite le carrefour des métiers

Textes tirés du site officiel du Nouveau Centre.

Rencontre après le carrefour des métiers

Rencontre après le carrefour des métiers

Hervé Morin: « Tout ce qui peut contribuer à l’accès ou au retour à l’emploi de nos concitoyens doit être encouragé »

A l’occasion d’un déplacement dans le département du Nord, Hervé Morin a accordé des interviews à Nord Eclair et à La Voix du Nord. Il a apporté son soutien au Carrefour des métiers organisé à Hem par Francis Vercamer, au sujet duquel il a déclaré : « Tout ce qui peut contribuer à l’accès ou au retour à l’emploi de nos concitoyens doit être encouragé. »

  
Interview à Nord Eclair parue le 30 octobre

l’armée diminue ses effectifs mais recrute. Comment s’explique ce paradoxe?
 
Ce n’est un paradoxe qu’en apparence ! La réforme du ministère de la Défense et les conclusions du Livre Blanc ont conduit à une réduction du format de nos armées pour nous adapter aux nouvelles menaces. Si nous diminuons globalement les effectifs, nous devons continuer à recruter pour renouveler notre personnel et ainsi maintenir la jeunesse indispensable de nos forces. Il faut des hommes et des femmes suffisamment jeunes et aptes physiquement pour supporter à la fois un entraînement, une formation exigeante et des conditions de vies parfois très difficiles sur des théâtres d’opérations extérieures.

quels sont les métiers sur lesquels l’armée rencontre des difficultés de recrutement? et ceux sur lesquels au contraire elle a trop de candidats?
 
Les chiffres du recrutement sont conformes à nos attentes. Pour autant, il est vrai que sur certaines spécialités, en particulier celles qui sont transposables dans le privé, nous pouvons éprouver des difficultés à conserver certains cadres. C’est pourquoi nous travaillons à une amélioration de la rémunération des militaires et des civils de la défense. D’ici 2011 la réévaluation des traitements doit permettre, en fonction des grades, de verser par an entre un demi et deux mois de salaire supplémentaires.

quels arguments vous semblent aujourd’hui convaincants pour inciter un jeune à rejoindre l’armée?
 
La variété des métiers, la richesse des expériences, l’esprit de solidarité, l’engagement au service de la sécurité des Français et des Européens, l’importance retrouvée du rôle des militaires… tout cela milite en faveur d’un engagement pour défendre nos valeurs partout dans le monde. J’ajoute que les anciens militaires sont très recherchés par les employeurs civils qui apprécient leurs formations et leurs qualités.

estimez-vous que la disparition du service national a éloigné les jeunes de l’armée?
 
Si le service national avait des avantages, il avait aussi des inconvénients en particulier son inégalité. Aujourd’hui c’est tout un parcours citoyen qui est proposé aux jeunes, jalonné de rendez-vous importants avec la Défense : l’enseignement civique, la journée d’appel de préparation à la Défense, le recensement et de nombreuses possibilités de préparations militaires pour ceux qui le souhaitent.

que pensez-vous de l’initiative de votre collègue Francis Vercamer, une manifestation où recruteurs et candidats à l’embauche se rencontrent directement?
 
C’est une excellente initiative ! Tout ce qui peut contribuer à l’accès ou au retour à l’emploi de nos concitoyens doit être encouragé. A en juger par l’affluence des dernières années, ce forum est un succès pour les entreprises qui sont chaque année plus nombreuses ; c’est aussi un succès pour les candidats à l’embauche qui viennent chercher un contact ou un contrat.
De plus, c’est une initiative judicieuse pour nous puisque plus de 8% des recrutements militaires se font dans la région Nord – Pas de Calais.

Propos recueillis par Delphine Tonnerre

 

Interview à La Voix du Nord parue le 30 octobre

Vous participez aujourd’hui au Carrefour des métiers, à Hem, qui s’intéresse plus particulièrement à l’armée. Quel message voulez-vous faire passer ?

« La région du Nord Pas de Calais est un des grands bastions de recrutement de l’armée française. Chaque année, plus de 8 % des engagés en sont issus. La Défense reste un recruteur majeur pour le pays : 20 000 personnes en 2009. C’est indispensable car nous avons un turn over important : une armée doit être jeune. Nous sommes aussi engagés dans une vaste réforme du reclassement et du recrutement. Il ne se fera plus armée par armée mais de manière interarmées. »

Dans quel but ?

« Pour être plus efficace et moins coûteux. Au lieu d’avoir trois bureaux de recrutement, il n’y en aura plus qu’un seul. Comme cela, le jeune pourra avoir accès aux informations des trois armées, comprendre les différences de métiers, de cultures entre les trois armées, voir ce qui lui convient le mieux. Nous serons capables de lui dire : “Toi, compte tenu de tes aspirations, c’est plutôt vers l’armée de terre ou vers la marine que tu devrais aller”. »

Ce message a du mal à passer dans un contexte de réorganisation.

« Dès lors qu’on parle de restructuration, on oublie toujours que lorsqu’une entreprise et plus encore une structure comme le ministère de la Défense se réorganise, on continue à recruter. Il faut assurer l’avenir, avoir les compétences. Le plan de réduction d’effectifs de 8 000 personnes par an nous oblige encore à recruter massivement pour assurer le renouvellement de notre personnel. »

Dans quelles conditions ce personnel va-t-il exercer son métier ?

« Nous avons un vaste plan d’amélioration de la condition militaire qui fait que lorsque qu’il sera terminé en 2011, cela correspondra, selon les grades, à un salaire supplémentaire d’un demi mois à deux mois par an. Nous procédons à un rattrapage, qui est rendu possible car nous faisons des économies. Dans les arbitrages, j’ai prévu un plan identique pour le personnel civil, à due proportion de ce qu’il représente : un peu moins de 20 %. Il a un rôle à jouer dans la communauté de défense. »

Le décès de militaires français en Afghanistan n’a pas changé la donne ?

« Quand on décide d’embrasser la carrière de soldat, on embrasse un métier qui n’est pas comme les autres, qui est exigeant, qui impose un haut degré de professionnalisme et de disponibilité. C’est un engagement qui peut aller jusqu’au don de sa vie, et les militaires le savent et l’assument. Les régiments qui sont engagés en Afghanistan connaissent un afflux de demande. Quand vous décidez de vous engager, dans des opérations aussi difficiles, vous êtes dans le sens même du métier que vous faites. »

Que diriez-vous à jeune qui hésite à s’engager ?

« Rejoindre l’armée est une vocation. L’armée propose des dizaines de métiers différents, entre le soldat combattant, l’homme dans les transmissions, dans les sous marins, celui qui est mécanicien aéronautique… L’armée est une formidable institution de promotion sociale. C’est une des rares institution qui n’a jamais oublié le principe de la récompense de l’effort et du mérite, qui fait de l’égalité des chances un de ses dogmes principaux. Un sous-officier sur deux est issu des militaires du rang, et un officier sur deux est issu des sous-officiers. Grâce à l’énorme effort de formation que fait le ministère de la défense, la promotion sociale est possible : c’est une chance pour ceux qui s’engagent. »

Propos recueillis par Marc Grosclaude

Publicités

À propos de Jean-François SOYEZ- Wattrelos2020

Citoyen engagé! Anciennement: Délégué Nouveau Centre de la 8ème #Circonscription du #Nord, membre du conseil fédéral du nord, membre du conseil national. Ancien membre de l'UMP et de LR mais toujours électron libre. Rejoignez-moi pour faire gagner vos propositions mais aussi à changer la ville de #Wattrelos, socialiste depuis trop longtemps. Modifions la politique de la ville grâce à un large rassemblement ouvert à toutes les bonnes volontés au-delà des étiquettes! La société civile sera largement représentée. Les municipales de 2020 se préparent dès maintenant, contactez-moi vite. #Wattrelos #2020 #Wattrelos2020 @JFSoyez
%d blogueurs aiment cette page :