Crédits à la consommation: Hirsch veut « mettre le holà » au système

Voulant « mettre le holà » à un système qui rend les crédits à la consommation « plus chers » pour les plus pauvres, le Haut commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch a déclaré jeudi espérer un texte de loi, qui ne sera « pas de l’habillage » mais donnera « un coup de frein au crédit toxique » et « un coup d’accélérateur au crédit responsable ». Lire la suite l’article
« Bercy est en train d’infléchir (sa position, NDLR), parce qu’effectivement on a mis un pied dans la porte », s’est réjoui Martin Hirsch sur France-Info.

« Il n’y a pas de problème dans ce qu’elle (Christine Lagarde, NDLR) propose. Au contraire, je me réjouis qu’elle affiche la volonté de ne pas laisser la tendance actuelle », a-t-il souligné, alors qu’il devait rencontrer jeudi matin, avec la ministre de l’Economie, des parlementaires pour discuter de leurs propositions pour lutter contre le surendettement et encadrer les crédits à la consommation.

« On se donne 6 ou 8 semaines, deux mois, pour, à partir de là, faire un texte (…) auquel je tiens mordicus », a ajouté le Haut commissaire.

Il faudra que ce projet de loi « ne soit pas de l’habillage, que ce ne soit pas cosmétique, (…) mais que ce soit donner un coup de frein au crédit toxique et coup d’accélérateur au crédit responsable », a-t-il averti, notant que ces « vingt dernières années » avaient vu, malgré « onze lois », un « doublement du montant des dossiers de surendettement » et une « explosion du crédit revolving ».

« Je ne tolère pas que plus on est modeste, plus on doit payer cher l’accès au crédit », a-t-il dénoncé, évoquant des taux d’intérêt de près de « 20% » imposés par les organismes de crédits, « beaucoup plus cher que (pour) les gens aisés ».

Le Haut commissaire a expliqué avoir fait un « test » par téléphone avec sa directrice de cabinet auprès de divers établissements bancaires. « On l’a poussée vers le produit le plus cher, le plus dangereux et je dis même le plus toxique », a-t-il reproché, sans compter « quatre relances téléphoniques » de la part des banques.

Souhaitant pour que « l’accès au crédit soit orienté vers le crédit le moins cher », Martin Hirsch a plaidé pour le développement d’un « crédit responsable », avec « un taux d’intérêt faible, une probabilité de surendettement faible, et des mensualités supportables ». AP

Information: Associated Press: http://www.ap.org/francais/

Publicités

À propos de Jean-François SOYEZ

La ville, notre pays, nos compatriotes méritent mieux que des belles et souvent mensongères paroles. L'heure est à la démocratie et au respect de toutes les règles permettant d'aller de l'avant plutôt que de pleurer le passé. Ensemble, regardons devant nous et avec honnêteté et modestie reconstruisons la nation en commençant par son socle: nos communes.
%d blogueurs aiment cette page :