Enseigner les gestes qui sauvent en France et en Europe

De la coupure accidentelle à la crise cardiaque, en passant par le malaise vagale, les situations où savoir agir en conséquence ne manquent pas. Qu’il s’agisse d’un accident domestique, de la route, ou de toute autre nature il me parait plus que jamais indispensable de savoir faire face à une situation où la vie, ou la santé, d’une personne est mise en jeu.

Combien d’entre-nous sont capables d’agir vite et bien pour porter secours à une personne en détresse ? Peu importe le nombre finalement, nous ne serons jamais assez à connaître les gestes qui sauvent. C’est pourquoi, en quelques lignes, je veux attirer les autorités politiques françaises et européennes sur l’importance de l’enseignement des gestes de premiers secours. Ces gestes, enseignés par des organismes tels que la Sécurité civile, la Croix Rouge ou d’autres groupements de secouristes devraient aussi être enseignés tout au long de l’enseignement au collège, ou dans tout autre établissement de formation, de façon progressive. Dès l’entrée en 6 ème , ou équivalent pour les autres états membres de l’UE, nos enfants apprendraient comment donner l’alerte et agir pour venir en aide à un individu victime d’un malaise, d’un accident ou de toute autre raison mettant en jeu sa santé ou sa vie.

L’enseignement serait dispensé de façon très suivie et progressive, d’une année scolaire à l’autre avec des programmes très définis et harmonisé à l’échelle de l’Europe afin de permettre la continuité de cette formation aux premiers secours même en cas de changement d’établissement scolaire au sein de l’UE. A l’entrée dans la vie adulte tout citoyen européen aurait ainsi les connaissances permettant de sécuriser au mieux toute victime, d’accident ou de malaise, jusqu’à sa prise en charge complète par le corps médical.

Une telle formation a évidemment un coût mais celui-ci est minime au regard de ce que coûterait une absence ou une mauvaise prise en charge immédiate de la victime. Ajoutons que la préservation de la vie doit l’emporter sur toute considération économique. Les coûts de formation pourraient probablement être supportés par les organismes d’assurance sociale, ceux-ci n’ayant pas à supporter les frais qu’engendrent inéluctablement les soins imputables à une mauvaise prise en charge initiale.

Pour aller plus loin dans ma réflexion je préconise que chaque année, les élèves formés soient évalués, de façon très précise, sur leurs connaissances théoriques et pratiques acquises aux cours de leur enseignement. Chaque candidat ayant réussi l’examen se verrait attribuer un diplôme européen de formation aux premiers secours de degré différent selon le programme suivi. Au terme de l’enseignement au collège, un dernier examen vérifierait la bonne acquisition théorique et pratique de l’ensemble des programmes suivis au long de la scolarité. En cas d’échec à l’un des examens l’élève aurait la possibilité de se former, à l’extérieur de l’établissement, et de repasser l’examen, gratuitement, avant de poursuivre sa formation.

La formation aux gestes qui sauvent devra être rendue obligatoire dès l’entrée au collège – ou équivalent pour les autres pays de l’Union Européenne – sur un plan de formation, par modules, uniforme à toute la communauté Européenne. Le diplôme délivré à la fin de la scolarité pourrait alors être exigé des candidats au permis de conduire de tout véhicule à moteur ou non.

Une telle formation contribuera à une diminution rapide et importante du taux de décès suite à des accidents ou malaises mais aussi une meilleure prise en charge des victimes et, par conséquent, un coût de soins et d’hospitalisation éventuels réduits.

« Un citoyen formé aux premiers secours nous sauvera peut-être la vie »

Jean-François SOYEZ


Avant projet de loi remis en mains propres à Monsieur le Député VERCAMER et à Monsieur le Député Européen Damien ABAD

Publicités

À propos de Jean-François SOYEZ- Wattrelos2020

Citoyen engagé! Anciennement: Délégué Nouveau Centre de la 8ème #Circonscription du #Nord, membre du conseil fédéral du nord, membre du conseil national. Ancien membre de l'UMP et de LR mais toujours électron libre. Rejoignez-moi pour faire gagner vos propositions mais aussi à changer la ville de #Wattrelos, socialiste depuis trop longtemps. Modifions la politique de la ville grâce à un large rassemblement ouvert à toutes les bonnes volontés au-delà des étiquettes! La société civile sera largement représentée. Les municipales de 2020 se préparent dès maintenant, contactez-moi vite. #Wattrelos #2020 #Wattrelos2020 @JFSoyez
%d blogueurs aiment cette page :