Budget de la culture : le tour de passe-passe de Martine Aubry

On s’en souvient, Martine Aubry et Manuel Valls ont eu des échanges musclés récemment au sujet du retour de la retraite à 60 ans et des 300 000 emplois jeunes. Mesures non financées selon Valls, ce que récusait Aubry. L’ex-Première Secrétaire du PS nous a encore livré ce week-end un exemple de sa grande créativité en matière de comptabilité, si ce n’est en matière de programme.

Aubry veut augmenter le budget de la culture de 30 à 50%, soit, dit-elle, sur un budget de 2,7 milliards, une augmentation entre 0,8 et 1,35 milliard. Comment le finance-t-on ? Facile, on utilise les crédits dégagés par la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires, soit 4,15 milliards d’euros*. Ah oui, mais le problème, c’est que le PS a déjà indiqué que ces crédits seront affectés au plan ‘300 000 emplois jeunes’, dont le coût est de 3 milliards selon le projet publié, et 4 milliards selon Martine Aubry le 28 mars sur France Inter. Allez, ne chipotons pas, disons 3,5 milliards et on n’en parle plus. Donc, 4,15-3,5=0,65 milliard disponible pour la culture. Il manque donc entre 150 et 700 millions pour que l’opération ‘Sauvons la Culture’ tienne la route.

Encore, donc, une mesure non financée. Et encore, ceci ne couvre que les 2,7 milliards au budget de la mission ‘Culture’ du ministère, à savoir, en gros, les budgets Patrimoine (patrimoine architectural et musées), Création (spectacle vivant et arts plastiques) et Transmission des savoirs (majoritairement enseignement supérieur). Le budget total du ministère, soit 7,5 milliards, couvre aussi le cinéma, la presse, et l’audiovisuel public (France Télévisions, Arte, Radio France). Quid de ces sujets ?

Donc, en résumé, Martine Aubry propose :

  • une augmentation du déficit de l’état entre 150 et 700 millions
  • l’augmentation de 1,2 milliard de l’impôt sur le revenu  pour les 5,5 millions de salariés effectuant des heures supplémentaires
  • sans parler de la mise en péril d’une augmentation de pouvoir d’achat moyen de 150 euros par mois au titre des heures supplémentaires

*Chiffres 2009, 2,95 milliards au titre des cotisations sociales et 1,2 milliard au titre de l’impôt sur le revenu, présentés par le gouvernement en réponse à une question ce Christian Vanneste et publiés au Journal Officiel du 23 novembre 2010.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :