Le fond et la forme

Francis Vercamer recevait les cadres et militants du Nouveau Centre Nord-pas-de-Calais à Hem lundi soir, pour la traditionnelle cérémonie des vœux, avec en guest star François Sauvadet, ministre de la fonction publique. Ce fut l’occasion pour les uns et les autres d’échanger et de commenter la riche actualité politique du moment.

J’ai en particulier eu un long échange avec François Sauvadet, durant lequel j’ai tenté d’exprimer le désarroi du militant lambda, sans mandat électif à défendre et sans responsabilité à protéger au sein du parti, devant la cacophonie entourant la candidature d’Hervé Morin.

François Sauvadet et Francis Vercamer feront campagne pour Nicolas sarkozy. Photo Voix du Nord.

Sur le fond, nous sommes tous d’accord. Une candidature d’Hervé Morin recueillant 1% des voix serait une catastrophe à la fois politique et financière pour le Nouveau Centre. Or, la probabilité d’atteindre entre 5 et 8% des voix le 22 avril alors que les meilleurs sondages le créditent de 1% le 1er février est infinitésimale. Soit. En outre, à l’heure où l’UMP désigne ses candidats pour les législatives, il est urgent de s’accorder sur les circonscriptions réservées au Nouveau Centre, et ceci passe par un soutien clair à Nicolas Sarkozy dès le premier tour. Dont acte. Si on prend comme hypothèse que la stratégie du parti est de peser et de s’inscrire dans la durée plutôt que de s’offrir un bouquet final en se faisant hara-kiri de manière spectaculaire, le retrait de la candidature d’Hervé Morin va de soi. Voilà pour le fond.

Mais comme je l’ai exprimé à François Sauvadet, c’est la forme qui choque. Le Nouveau Centre se réunit en congrès le 25 février. Hervé Morin a affirmé, à plusieurs reprises, qu’il se retirerait si sa candidature ne décollait pas, ou s’il n’avait pas l’appui du parti. Le congrès n’est-il pas le moment et le mécanisme approprié pour juger de l’un et l’autre de ces critères, et agir en conséquence ? Cela n’exclut pas que les cadres du parti présentent leurs arguments à Hervé Morin en privé. Comme François Sauvadet l’a rappelé, les différences d’opinions dans une famille politique sont à la fois normales et saines. Comme il serait normal et sain, du point de vue du militant lambda, de laver son linge sale en famille, et non sur la place publique.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :