Roubaix : moins de votants, et plus d’extrêmes

Comme prévu, l’abstention a été massive, n’en déplaise à Pierre Dubois qui cherche à prétendre le contraire. 31.4% d’abstention, c’est 4 points de plus qu’en 2007, et 10 points de plus que la moyenne nationale. On peut appeler cela une victoire, et Dubois ne s’en prive pas, mais la vérité est que plan anti-abstention de l’équipe municipale n’a pas fonctionné. Mais a-t-il jamais été enclenché ? Nous saluons la volonté et l’énergie des differentes associations et collectifs qui se sont mobilisés pour engager la population à voter. Le collectif des mères de Roubaix, le collectif Je pense donc je vote, le restaurateur offrant 10% de réduction sur présentation d’une carte d’électeur tamponnée, ont tous été exemplaires. Malheureusement la Mairie n’ a pas suivi. On nous avait promis* :

– la réalisation d’un courrier distribué aux enfants en direction des parents afin de sensibiliser au vote

– la réalisation par le service communication d’une affiche et d’un flyer communiquant sur les lieux mêmes où se passe le scrutin

– une information sur « la mal inscription » avec le lancement d’une ligne citoyenne afin que chacun puisse se renseigner sur son bureau de vote, et la possibilité d’effectuer la même démarche via le site Internet de la mairie

– la vérification systématique des inscriptions et des changements d’adresse par les agents de la ville

Qu’en a-t-il été dans les faits ?

Le deuxième enseignement de cette élection est la montée des extrêmes. Pierre Dubois peut se féliciter d’avoir « contenu l’extrême droite », il n’en reste pas moins que le FN est passé de mons de 10% en 2007 à presque 16% en 2012. En ajoutant l’extrême gauche, les extrêmes passent de 14% en 2007 (comme la moyenne nationale) à près de 31% en 2012 (2 points au-dessus de la moyenne nationale).

Alors oui, on peut appeler cela une victoire. On peut fermer les yeux et pratiquer la politique de l’autruche. Ou on peut aborder la réalité en face. La réalité est que les Roubaisiens ne croient plus en la politique. De moins en moins d’entre eux vont voter, et ceux qui le font se portent de plus en plus vers les extrêmes. Cela ne peut plus durer. Dès 2014, il faudra proposer une autre forme de politique aux Roubaisiens, en rupture marquée avec celle proposée dans les 20 dernières années, et nous prendrons nos responsabilités pour être force de proposition et d’action dans cette politique.

 

*voir le plan anti-abstention dans notre article du 13 avril.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :