L’Ecole de la 2è chance : le manque de qualifications n’est pas une fatalité

Excellent article de Nord Eclair sur l’Ecole de la 2è chance ce matin. Roubaix compte 60 000 habitants de plus de 15 ans non scolarisés. Sur ces 60 000, 31 000 n’ont aucun diplôme. Quelles que soient les raisons de l’échec du système éducatif, il est impératif que ces personnes ne soient pas condamnées à vivre sans qualification et donc, sauf exception, sans emploi stable et sans revenus stables.

L’Ecole de la 2è chance fait un travail remarquable d’éducation, d’intégration, et de restauration de la confiance en soi de centaines de jeunes roubaisiens. Une des tâches majeures des prochaines années sera de s’appuyer sur ce succès pour faire mieux et plus. Il faudra imaginer un moyen d’atteindre les populations concernées là où elles se trouvent, au sein de leur quartier. Il faudra encore mieux intégrer l’E2C dans le tissu économique et associatif pour développer l’économie sociale et solidaire. Il faudra enfin aider ces élèves de la deuxième chance à créer des emplois par le biais du dévelopement micro-crédit.

La déscolarisation est un boulet, mais pas une fatalité, et les prochaines années devront s’attacher à y remédier.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :