Insécurité : les victimes ne sont pas des quartiers mais des personnes!

« Les quartiers populaires sont les premières victimes de l’insécurité, avant d’en être, comme on l’entend trop souvent, les premiers responsables», nous dit Marjolaine Pierrat-Feraille dans une interview au blog2roubaix.

J’en reste sans voix. La dernière fois que je me suis penché sur le sujet, les victimes de l’insécurité n’étaient pas des quartiers, mais des gens. Et les responsables, également.

Je comprends fort bien qu’il soit plus commode de déshumaniser le problème, que cela permette de s’en distancier, d’éviter d’avoir à apporter des solutions. J’interrogeais l’année dernière un Adjoint roubaisien sur les incivilités à Barbieux. Là encore, les coupables ne sont pas des personnes, contre qui on pourrait, à condition d’en avoir la volonté politique, sévir, mais « le manque d’éducation ». Pas des gens, mais un concept.

Je suis désolé de devoir laisser la vraie vie venir à l’encontre d’une belle formule, aussi vide de sens soit-elle, mais les habitants victimes de l’insécurité sont majoritairement issus des quartiers populaires, comme le sont aussi les habitants responsables de cette insécurité. Je sais, et j’en suis témoin, que l’immense majorité des habitants de ces quartiers sont respectueux des lois et de leurs concitoyens. Cela n’enlève en rien la responsabilité de la minorité de fauteurs de troubles. Les socialistes sont prêts à nous rejouer le grand air du laxisme et de l’angélisme, sur le mode « regardez donc ce pauvre quartier victime de l’insécurité venue d’on ne sait où, si seulement c’étaient des vraies personnes qui en sont responsables, on pourrait faire quelque chose, mais là, vous comprenez, on ne peut rien faire ».

Et bien si, on le peut, mais il faut pour cela en avoir la volonté politique, et accepter que si les victimes sont des personnes, les responsables le sont aussi. Le moins que l’on puisse dire, tant à l’écoute de la candidate PS sur la 7è qu’en analysant les premiers actes et déclarations du Gouvernement (suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs, légalisation du cannabis), c’est que cette volonté politique est loin d’être évidente.

Publicités

2 Commentaires

  1. Eric Renaud

    Si vous n’êtes pas au deuxième tour appellerez-vous à voter pour le FN?

  2. Grégory Wanlin

    Bonjour, et merci pour votre question.

    Je pense que cette question devrait être posée directement aux candidats soutenus par le Nouveau Centre (Francis Vercamer dans la 7è et Salima Saa dans la 8è). Cependant, c’est une question importante devant laquelle je ne souhaîte pas me dérober.
    Je vous proposerai une réponse plus longue et plus argumentée lundi si, d’aventure, nos candidats ne sont pas qualifiés pour le 2nd tour et que le FN l’est. Dans l’intervalle, je vous propose une réponse courte, mais claire : les différends à la fois idéologiques et programmatiques entre le FN et le NC sont incompatibles avec un quelconque soutien du NC pour le FN. Dans aucun cas de figure nous n’appellerons à voter pour le FN.

    Cependant, cette question est prématurée et nous sommes confiants, tant dans la 7è que la 8è, qu’elle restera théorique.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :