8è circonscription : pas le choix, juste l’embarras

D’un côté, Dominique Baert, victime des arrangements politiciens franchement répugnants entre le PS et EELV (entre parenthèses : tout ça pour ça ?). Rien que pour l’exemple, pour réaffirmer que les électeurs ne sont pas des veaux aux ordres des partis, et que l’étiquette compte moins que la personne, Dominique Baert mériterait d’être élu. Et s’il l’est, il sera amusant de voir combien de temps le PS mettra à le réintégrer.

De l’autre, Slimane Tir, le con du dîner, comme l’exprime admirablement Yves Paccalet. On pourrait éventuellement voter pour lui, parce qu’il s’est fait avoir et parce que c’est vraiment pas sympa ce qui lui arrive. Surtout, on pourrait voter pour lui parce que le Nouveau Centre partage certaines analyses d’EELV sur l’environnement ou le fonctionnement de la démocratie.

Les électeurs centristes feront leur choix, en leur âme et conscience.

Pour ma part, je n’apporterai pas ma voix à Dominique Baert, l’enfant d’un système, qui en a brièvement été exclu mais qui le retrouvera très vite, et qui en sera un soutien indéfectible.

Je ne l’apporterai pas non plus à Slimane Tir, dont les contorsions politiciennes au conseil municipal de Roubaix sont simplement indécentes.

Je voterai blanc.

Quant à vous,  votez pour l’un, votez pour l’autre, votez pour les 2, votez blanc, mais votez. Plus important que le sort de l’un ou l’autre des candidats, c’est le sort de la démocratie à Roubaix qu’il convient d’avoir à l’esprit.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :