Petite voix deviendra grande

Ci-dessous l’article publié dans Nord Eclair ce jour.

La petite voix du Nouveau centre se fait entendre

Publié le vendredi 13 juillet 2012 à 06h00 – YOUENN MARTIN > youenn.martin@nordeclair.fr

Gregory Wanlin espère que le Nouveau centre jouera un rôle dans la bataille pour la mairie en 2014. Gregory Wanlin espère que le Nouveau centre jouera un rôle dans la bataille pour la mairie en 2014.

Il s’appelle Gregory Wanlin et c’est un Roubaisien d’adoption. Dans la ville d’André Diligent,il a entrepris de faire entendre la voix du Nouveau centre. Pour l’instant, il est surtout présent sur le Web mais il entend bien créer une section de son parti à Roubaix.


Il twitte et commente sur son blog l’actualité roubaisienne. Il a même commencé à déposer des tracts dans les boîtes aux lettres.
Gregory Wanlin est décidé à faire valoir son point de vue de militant du Nouveau centre. Et ça devrait bientôt le sortir de l’anonymat.
C’est un nouveau venu sur la scène politique locale. Devenu roubaisien en 2007 pour des raisons professionnelles, il avoue avoir découvert une ville « très attachante… et desespérante par certains côtés ». Du coup, ça lui a donné envie de s’engager, lui qui n’avait jamais eu sa carte dans un parti politique. « Je me suis dit, soit on reste sur la touche, soit on se retrousse les manches », explique Gregory Wanlin.

En désaccord avec le MoDem
Son choix peut surprendre : début 2011, il a adhéré au Nouveau centre. « Pour moi, les extrêmes, ce n’est pas possible. Le centrisme, ce n’est pas avoir le cul entre deux chaises. C’est le libéralisme et l’humanisme. L’individu est libre, responsable et maître de son destin. Avec une obligation de solidarité. » Un discours qu’il aurait pu retrouver au MoDem, D’ailleurs il rejoint sur le fond le discours de François Bayrou. « Mais il a un problème d’ego, estime Gregory Wanlin. Et je n’approuve pas sa stratégie d’alliance.
» Pour lui, le centre ne peut s’allier qu’avec la droite : « Le socialisme et le constructivisme de la gauche, ce n’est pas possible. » Dans la ville d’André Diligent – « il a été un grand maire de Roubaix, j’ai beaucoup de respect pour ce qu’il a accompli » -, Gregory Wanlin estime que le centre a encore son rôle à jouer, en dépit des scores écrasants réalisés par le PS aux dernières élections. « Son credo, c’est ce vers quoi il faut tendre. Dépasser les critères de partis, mettre à contribution tous les talents. » Pour les élections municipales de 2014, « le centre jouera un rôle, promet déjà Gregory Wanlin, on verra sous quelle forme ». Son grand projet : la « subsidiarité » ou l’art de prendre les décisions au plus près du citoyen. Selon lui, les conseils de quartiers, noyautés par le PS, ne joueraient pas ce rôle.
Pour l’épauler, le Roubaisien compte sur Francis Vercamer, député-maire de Hem et président de la fédération Nouveau centre du Nord. « On est en contact avec Francis, confie-t-il. On parle des différentes options pour 2014. » La plus probable reste l’alliance avec l’UMP dans une liste rassemblant aussi des membres de la société civile et « des déçus de la majorité actuelle », car « derrière l’unité de façade, il y en a ». Qui pour mener cette liste entre le loocal Guillaume Delbar, le gendre de Jacques Chirac Frédéric Salat-Baroux et l’« étoile montante » de l’UMP battue aux législatives Salima Saa ? « Ils vont se débrouiller entre eux », tranche Gregory Wanlin qui avoue tout de même une préférence pour Guillaume Delbar.
En attendant, pour peser, le Nouveau centre se structure. Gregory Wanlin affirme que la ville compte une trentaine de militants cartés. Un nombre suffisant pour créer une section digne de ce nom. « Il nous faut des relais en ville et une logistique pour pouvoir influer sur la composition des listes » , assure Gregory Wanlin. Novice en politique, mais déjà très au fait des stratégies.

Législatives : « Un vote contre les appareils »
Même s’il a fait campagne pour Salima Saa, candidate de l’UMP et du Nouveau centre, Gregory Wanlin ne minimise pas la claque reçue lors des législatives sur la 8e circonscription. « Les candidats officiels de l’UMP et du PS et EELV ont totalisé 12 % des voix des inscrits, note-t-il. C’est un vote contre les appareils. » Et d’ajouter : « Pour ramener les gens au vote, pour
les intéresser à la politique, il faut qu’ils puissent être acteurs. » Il juge néanmoins que Patrick Beeusaert, investi par le Nouveau centre devenu candidat sans étiquette, a eu raison de rejoindre Salima Saa. « L’union de la droite et
du centre sur les deux circonscriptions de Roubaix avait du sens. La situation était déjà compliquée, elle l’aurait été encore plus. » Sur le duel fratricide à gauche, Gregory Wanlin reste circonspect : « J’ai du mal à condamner Dominique Baert (entré en dissidence du PS, ndlr). On peut le comprendre. En même temps, il n’est pas anormal de se plier à la discipline du parti.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :