Où on ne parle pas de TVA

 

Bon. J’ai menti. On va parler de TVA, mais brièvement. Le gouvernement réintroduit la TVA sociale, après l’avoir abrogée, et un mois après en avoir fait des tonnes sur cette annulation. Je ne résiste pas à la tentation de poster ce lien, c’est petit et mesquin, mais c’est aussi jouissif et c’est mon blog donc voilà. Ceci dit, profitez-en, à mon avis ça ne va pas rester en ligne longtemps :  http://www.parti-socialiste.fr/articles/1er-octobre-2012-le-jour-ou-la-tva-na-pas-augmente

Evidemment cette décision ne satisfait personne, les gauchos criant à la trahison (à l’heure où j’écris cette note, la motion Maintenant la Gauche d’Emmanuel Maurel vient de publier ce communiqué de presse), et les droitards trouvant que c’est trop peu, trop tard, et que la copie est moins bonne que l’original.

Personnellement, je salue cette décision, et je dirai simplement sans polémiquer que c’est un pas dans la bonne direction, même si deux aspects me choquent :

–          On relève la TVA sur la construction de 7 à 10%, alors que dans le même temps on tente de relancer l’industrie du bâtiment et de pallier à une manque chronique de logements. La cohérence d’ensemble ne saute pas aux yeux.

–          Le flou sur les 3 milliards devant provenir d’une fiscalité écologique mise en place d’ici 2016 est troublant, et comme dirait Martine, quand c’est flou…

Mais je n’ai pas écrit ce billet pour parler de TVA. Ce qui m’interpelle, c’est surtout le dogmatisme qui a présidé à l’abolition de la version précédente de cette TVA sociale. Parce qu’elle souffrait du syndrome « not invented here », diraient les anglo-saxons, on a annulé la disposition précédente, sans se demander si elle était pertinente, sans se demander s’il existait une alternative, sans se demander ce qu’on allait mettre à la place. C’est ce dogmatisme obtus, cet anti-sarkozysme primaire, cette destruction indiscriminée, qui m’interpelle. Le gouvernement se serait grandi s’il avait eu un discours du genre « il n’y a pas d’alternative efficace à la TVA sociale, mais nous souhaitons revoir les taux et distribuer les hausses différemment ». Les Français auraient compris, on aurait gagné du temps, et nous aurions fait l’économie d’un psychodrame ou d’une tragi-comédie, suivant que vous êtres plus Moreno ou Molière.

Encore une fois, l’actualité et la réalité démontrent que l’anti-sarkozysme ne fait pas un programme. François Hollande tiendra une conférence de presse d’ici 10 jours. Saura-t-il enfin incarner une présidence qui ne se définit pas par opposition au Président précédent, tracer un cap et expliquer une ligne directrice forte ? Comme le prédit François Bayrou, sa présidence se joue certainement dans les jours qui viennent. Et vous, qu’en pensez-vous?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :