Propreté urbaine : arrêtez de nous prendre pour des jambons!

Pour Pierre Dubois, « la propreté est la principale préoccupation des Roubaisiens au quotidien ». Mouais. Je ne nie pas que ce soit UNE préoccupation majeure d’UNE PARTIE des Roubaisiens. Cette partie des Roubaisiens qui, justement, ne jette pas ses papiers en pleine rue, ne défenestre pas ses vieux matelas ou n’abandonne pas ses vieux frigos à un coin de rue. Parce que, pardonnez-moi d’être naïf, mais si la propreté est vraiment la principale préoccupation des Roubaisiens, d’où viennent toutes ces ordures qui jonchent nos rues ? Pierre Dubois suggère-t-il que des hordes de Tourquennois ou de Wattrelosiens viennent déverser leurs immondices sous nos fenêtres ?

Mais d’ailleurs, qu’importe qui ils sont, ces porcs, puisque bientôt, grâce à la nouvelle initiative d’information municipale, ils sauront que ce n’est pas bien. Parce que voyez-vous, ils ne savent pas, ces gens-là, on ne leur a jamais dit, que jeter une boîte de boisson par la fenêtre de sa voiture quand on l’a terminée, ou que vider sa cave sur un trottoir, c’est mal. Alors on va leur expliquer, à l’aide de jolis messages à la craie, et tout ira mieux.

Bon, sérieusement, arrêtez de nous prendre pour des jambons. Nous le savons tous, la prévention qui n’est pas accompagnée d’un volet répression ne marche pas. Alors faisons de la prévention, mais allons aussi au bout de la logique de répression. Combien de PV ont été dressés par le service chargé d’explorer les sacs poubelles ‘sauvages’ laissés sur la voie publique ? Combien d’opérations de police ont été montées pour appréhender les contributeurs aux décharges sauvages qui se créent constamment aux mêmes endroits ? « Jeter, c’est payer » nous prévenait la précédente campagne d’information sur la propreté urbaine. Très bien, monsieur le Maire : faisons le bilan. Combien de jeteurs sont devenus des payeurs ?

Je n’ai rien contre les opérations de communication, mais la ficelle est un peu grosse. Pas de substance, pas d’action, pas d’idées, et à la fin ce sont toujours les mêmes qui paient. Pas les pollueurs, mais justement ces Roubaisiens pour qui, vraiment, la propreté est une préoccupation.

Et puis, franchement, la propreté, préoccupation principale des 46% de ménages roubaisiens sous le seuil de pauvreté ? La propreté, préoccupation principale des 35% de roubaisiens au chômage ? La propreté, préoccupation principale des milliers de Roubaisiens victimes de crimes, délits et incivilités tous les ans ? On comprend que Pierre Dubois veuille noyer le poisson et passer sous silence le bilan de son équipe sur ces thèmes. Mais nier la réalité ne la fait pas disparaître.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :