Tariq Ramadan à Roubaix : et après?

Tariq Ramadan sera la semaine prochaine à Roubaix, pour la 5è fois en 10 ans. Cette venue pose un certain nombre de questions, indépendantes d’ailleurs de la réputation sulfureuse de M. Ramadan. J’avoue ne pas avoir lu l’ensemble de son œuvre, ni même avoir passé plus de temps que le strict nécessaire devant ses prestations télévisuelles, et je ne suis pas de ceux qui traquent le double-discours à chaque coin de phrase. Que M. Ramadan soit un prosélyte, certes, mais je lui reconnais sans réserve la liberté de s’exprimer, au même titre que n’importe quel citoyen, dans la limite des règles prévues par la loi.

Le problème, pour moi, n’est pas M. Ramadan.

Quand l’association Rencontre et Dialogue programme une conférence sur le traitement de l’Islam dans les médias, elle pose de fait l’hypothèse d’un traitement subjectif de cette religion. Soit, c’est, encore une fois, son droit. Mais qu’elle tente, ensuite, de s’en défendre, en prétextant que loin d’être une tribune ouverte à M. Ramadan, cette conférence est en fait un débat, est une hypocrisie. De quel débat s’agit-il ? Où est la différence d’opinion entre M. Ramadan et l’autre invité, M. Salingue, qui dénonçait, il y a quelques mois, les « obsessions islamiques de la presse magazine » ? Bien évidemment il ne s’agit pas d’un débat, mais très clairement d’un espace de propagande donné à M. Ramadan.

L’association se défend en précisant qu’elle avait invité Mgr Brunin, évêque du Havre, à débattre, mais qu’il n’était pas disponible. Une seule question prouve la vacuité de cet argument : qu’aurait fait ARD si M. Ramadan n’avait pas été disponible la semaine prochaine ?

En l’état, le prêt de la salle Watremez pour la tenue de cette conférence est indéniablement une insupportable atteinte à la laïcité de l’Etat, et une subvention déguisée à une association dont le but est clairement la promotion de la culture musulmane.

Pour finir, et pour élargir le débat à un sujet qui restera d’actualité longtemps après que M. Ramadan soit parti, il est peut-être utile de se demander pourquoi M. Ramadan rencontre à Roubaix un tel écho. Notre ville est en train de vivre un cataclysme démographique et social, avec 3000 habitants de moins depuis 2008, et 3000 chômeurs de plus. Une grande partie de ces habitants constatent, jour après jour, que leur vie devient de plus en plus difficile. A part M. Ramadan, qui leur apporte un message positif, un message d’avenir, un message d’espoir ? Pour que le message religieux ne remplace pas définitivement le message politique, il est temps de montrer que l’on peut redonner un avenir à Roubaix.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :