Rythmes scolaires : il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre

Pierre Dubois feint de croire, sur son blog, que la résistance des roubaisiens au changement des rythmes scolaires en 2013 est basée sur un rejet pur et simple de la réforme. Or, ce n’est pas la question. La grande majorité des parents que je rencontre est plutôt favorable à l’aménagement du temps scolaire.

Par contre, ce contre quoi nous (oui, j’en fais partie) nous dressons, est cette manière de décider pour nous, sans nous, de manière totalement opaque, sans prendre le temps (sans avoir même le respect) de répondre de manière claire aux questions fondamentales que se pose tout parent :

– 4,5 jours, oui, mais lesquels ?

– La Mairie de Roubaix entend-elle proposer des activités péri-éducatives ?

– Si oui, prendra-t-elle à sa charge le financement du temps périscolaire ou sera-t-il à charge des parents?

– Quel sera l’impact sur le budget municipal et/ou familial et comment cela sera-t-il financé ?

– Quels sont les engagements du Maire de Roubaix quant au taux d’encadrement des activités, ainsi que les qualifications minimales des encadrants ?

Voilà les questions qui sont posées au Maire et auxquelles il n’apporte pas de réponse, nous disant seulement de lui faire confiance,  que tout ira bien, que Roubaix est prête. Or, comme disait une grande philosophe nordiste (ou peut-être était-ce Martine Aubry, je ne sais plus…) « Quand c’est flou, y a un loup »…

Pierre Dubois a beau citer François Hollande, oui certes  « l’école est le lieu même où se prépare la France de demain ». Mais un dogme et une grande formule béate ne sont pas des substituts adéquats au pragmatisme et à un plan détaillé et partagé.

Et pourtant, le 31 mars, le Maire confirmera le changement des rythmes scolaires dès la rentrée 2013 et nous, roubaisiens, parents, n’en saurons toujours pas plus.

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :