Rythmes scolaires : Pierre Dubois crée un monstre qui lui échappe

Pierre Dubois voulait escamoter le débat sur les rythmes scolaires. Comme si c’était une réforme accessoire. Comme si elle ne touchait pas au cœur même de chaque famille. Comme s’il ne savait pas qu’un parent n’a de plus grand souci que le bien-être de ses enfants, et qu’un enseignant ne souhaite rien d’autre que de contribuer pleinement à l’épanouissement de ses élèves.

Pierre Dubois a feint d’ignorer que toute décision qui touche à l’école et à l’éducation de nos enfants cesse d’être purement rationnelle pour devenir, au moins autant, émotive. Et on ne fait accepter une décision émotive qu’en en discutant, en en débattant, en rassurant, en faisant preuve, finalement, d’un minimum de proximité, d’écoute, et d’empathie.

Faute d’avoir fait ce travail en amont, le maire a créé un monstre qui est en train de lui échapper. Il ne voulait pas que le débat sur les rythmes scolaires s’invite dans la campagne municipale ? Perdu. Il va maintenant devoir compter avec la fronde des parents, et la PETITION lancée par un collectif de parents de l’école Anatole France, qui en appellera d’autres.

Répétons-le, aucun parent avec qui j’ai eu des discussions n’est opposé, en principe, à la réforme. Tout ce que les parents demandent, depuis des mois, est la réponse à quatre impératifs :

–          Que cette réforme soit réellement faite dans l’intérêt des enfants, en particulier en respectant leurs rythmes biologiques ;

–          Que les temps périscolaires soient des temps de qualité et non des temps d’abandon où les enfants seraient livrés à eux-mêmes ou encadrés par des personnes non qualifiées ;

–          Que leur sécurité soit assurée ;

–          Que l’impact sur le budget de la commune et/ou des familles soit clairement expliqué.

C’est tout. Ni plus, mais, surtout, ni moins. En refusant d’ouvrir la discussion sur ces points, le maire de Roubaix fait preuve d’un insupportable mépris pour les parents.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :